Séminaire

L’analyse temporelle comme convergence disciplinaire

 

Les réalités sociales tout comme le vivant nécessitent pour être analysés et compris d’être inscrits dans l’espace et le temps. Ces deux dimensions sont communes à tous les champs du savoir de notre université. Chaque discipline essaie de formaliser son rapport au temps et l’on peut diversifier les syntagmes pour les désigner : le temps de la physique, le temps de la biologie, etc…

En archéologie comme en histoire, le temps est une condition dynamique que l’on explore sous des angles extrêmement différents comme la synchronie, la diachronie, la mémoire, l’enchevêtrement des temporalités braudéliennes mais aussi les rythmes et leurs changements. Pour ces disciplines, le temps est un objet d’étude en soi, y compris sur un plan plus particulièrement quantitatif : « l’analyse temporelle » a fait l’objet de réflexions théoriques et de développements pratiques féconds. Il y a donc une dimension technique et philosophique à cette réflexion sur le temps, que viennent nourrir les statistiques et l’informatique dont il faut pouvoir tenir compte dans une recherche historique approfondie.

Aujourd’hui l’analyse temporelle se résume le plus souvent à l’étude de séries chronologiques continues telles que le prix du pain au cours des années, l’évolution des salaires sur une période donnée, etc… Cependant, la locution « analyse temporelle » renvoie à des séries plus complexes : mesures faites à des instants irrégulièrement espacés, séries à valeurs entières, séries de « présence-absence», réseaux sociaux observés dans le temps. L’analyse des réseaux sociaux, la cartographie statistique, l’analyse de séquences, toutes les techniques d’analyse de données portent potentiellement une étiquette temporelle. De nombreuses techniques mobilisant les statistiques et l’informatique ont été développées dans ces cadres.

En particulier, les techniques de visualisation des données connaissent un développement extraordinaire permettant des explorations approfondies, combinant spatialisation, temporalité et perception culturelle1. En ces domaines les transformations sont rapides et les sollicitations fortes tant les perspectives liées à l’explosion de la quantité de données et leur facilité d’accès et de stockage stimulent le besoin « d’y voir quelque chose ».

Les besoins de classification, de périodisation superposant rupture et continuité, les approches de la notion de cycle, de perception des interactions diachroniques entre des acteurs sociaux (réseaux sociaux), d’analyse de trajectoires ou bien encore de gestion des temporalités floues dans des gisements de données sont autant de points de convergence entre les mathématiques appliquées, l’informatique et les sciences humaines2.

En tenant pleinement compte de cette dimension interdisciplinaire, nous souhaitons poser le problème de la « série temporelle » pour dresser un catalogue de ses conceptions et de ses usages, c’est-à-dire des divers états de l’art. En relever les interactions certaines, possibles et probables sera en soi un premier résultat.

Les séances à venir

  • 21 février 2014, 14h     Données longitudinales, trajectoires
  • 28 mars 2014, 14h        Visualisation du temps
  • 11 avril 2014 , 10h      Séries temporelles
  • 25 avril 2014            Cartographie et temporalité
  • 23 mai 2014              La temporalité dans les réseaux sociaux

(Séminaire précédent : 2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *